Centre Ueue te aroha
Rompre l’isolement, dénoncer la maltraitance, combattre l’inactivité

Huma Mero 02Situé dans la commune associée de Afaahiti-Taravao, l’établissement occupe un terrain de 3000 m2, sur lesquels se trouvent quatre bâtiments : l’administration ; la cuisine et le réfectoire ; la structure éducative ; la structure de type travail adapté. La proximité du centre-ville favorise des échanges rapides autour de la vie sociale, permettant ainsi des séquences d’autonomie autour des rendez-vous médicaux par exemple.

La capacité d’accueil de l’établissement est de 38 places, à partir de 20 ans.

Conformément à ses objectifs, l’association répond aux personnes handicapées de la presqu’île. Les « handicaps » accueillis sont de toutes sortes :

• handicap moteur conservant une autonomie de déplacement ;
• maladie mentale, équilibrée ne présentant pas de troubles du comportement mettant les groupes en danger ;
• déficience mentale de gravité moyenne ;
• déficience sensorielle, conservant une autonomie de déplacement.

L’accueil multiforme de la structure ne permet pas de l’adapter à des difficultés spécifiques et en conséquence, les handicaps lourds ne peuvent être accueillis. 

Huma Mero 01L’entrée dans l’institution est soumise à une décision d’orientation par la commission technique d'orientation et de reclassement professionnel (COTOREP), et à un accord de la direction, suite à une procédure préétablie. La demande d’admission, qui émane soit des personnes elles-mêmes ou leur famille ou d’un agent du service social, est accompagnée d’un dossier d’admission qui est constitué des deux pièces suivantes : dossier administratif, dossier médical rempli par le médecin traitant.

A la suite d’une première entrevue, l’établissement se réserve la possibilité de demander aux personnes d’effectuer un stage de deux semaines permettant d’évaluer les potentialités et d’orienter sur la structure éducative ou la structure de travail. Ce stage permet également à la personne de confirmer son choix d’inscription. La décision d’admission est prononcée par la direction à partir du dossier d’admission et des comptes rendus des deux services sur le stage effectué. La direction confirme l’admission par écrit.

Objectifs et moyens généraux de la structure

L’établissement est un lieu de vie qui doit permettre à chaque usager de s’épanouir à partir de ses potentialités, qu’elles soient apparentes ou à découvrir. Pour cela, il est nécessaire que chacun ait une emprise maximum sur ce qui l’entoure, qu’il/qu’elle puisse également vivre à son rythme, à sa mesure. C’est à partir de ces a priori et des objectifs associatifs que le centre a inscrit sa démarche dans trois directions : rompre l’isolement, dénoncer la maltraitance, combattre l’inactivité.

Huma Mero 04 (233x155)Rompre l’isolement. La presqu’île est un territoire rural, ou les usagers sont souvent isolés au domicile parental, ou plus rarement à leur domicile personnel. Cet isolement de fait ne permet pas la vie sociale nécessaire à l’épanouissement. Ce sont les rencontres humaines qui, en dehors du cercle parental, permet d’expérimenter les éprouvés affectifs qui participent à la construction de la personnalité, de l’identité de tout un chacun. Le handicap entraîne très souvent des relations teintées d’incompréhension réciproque. Intégrer une structure d’accueil permet des rencontres multiples, heureuses ou non, mais qui constituent des expériences adaptatives permettant la construction de l’identité d’une personne dans un tissu social. L’encadrement de la structure est garante de la sécurité de ces rencontres. Par ailleurs, l’établissement propose des rencontres extérieures au travers de sorties diverses, qui permettent des expériences relationnelles accompagnées. Celles-ci imposent des adaptations sociales nécessitant l’apprentissage de codes sociaux indispensables à l’intégration dans la société.

Huma Mero 08Dénoncer la maltraitance. L’isolement dans un milieu familial mal préparé, désemparé, par l’arrivée du handicap peut dans certains cas produire des réactions inadaptées et nocives pour la personne handicapée. Il n’est pas rare que la non acceptation du handicap pour des parents isolés, ne s’exprimant pas sur la blessure qu’ils ressentent de par le handicap de leur enfant, débouche sur des réactions potentiellement violentes que la vulnérabilité des personnes handicapées « autorise ». L’intégration de la personne handicapée dans une structure soulage cette souffrance parentale par l’éloignement ponctuel qu’elle entraîne, en même temps qu’elle pointe aux accompagnants institutionnels les  marques d’une maltraitance latente ou effective. La découverte de « maltraitance » des personnes handicapées entraîne des réponses soit judiciaires, soit permet d’engager un travail de compréhension et d’accompagnement des difficultés parentales.

Huma Mero 09Combattre l’inactivité. La situation de handicap entraîne, bien souvent, une dévalorisation tant au niveau de l’image de soi que des capacités à faire, à réaliser quelque chose. Etre capable de…, se sentir capable de…, restaure d’une part, une image suffisamment bonne de soi et d’autre part, l’image que l’on donne de soi. Si pour certaines des personnes accueillies, les capacités, les compétences permettent d’intégrer une structure de type travail adapté, aboutissant à un produit fini, pour d’autres la réalisation d’activités dans le domaine de l’occupationnel permet de prendre conscience de ses capacités d’apprentissage. Dans tous les cas les personnes découvrent leur potentialité, inversant de ce fait la présentation habituelle à partir de leurs difficultés ou incapacités, pour valoriser les possibilités.

Ces trois aspects vont constituer les fondements de la structure « Ueue te Aroha » et permettre de construire un projet institutionnel prenant en compte les différents éléments pour proposer un accompagnement adapté aux personnes accueillies.

La diversité des potentialités des personnes accueillies a entraîné une réponse adaptée en deux accueils différenciés : une structure éducative et une structure de type travail adapté. Ces structures cohabitent sur le même lieu et constituent une diversité de réponses pour une meilleure adaptation aux besoins repérés des personnes accueillies.

La structure éducative propose des activités à un groupe de 16 personnes autour de la communication, l’estime de soi, l’autonomie et l’insertion sociale.

Huma Mero 05La structure de travail est répartie sur 3 ateliers distincts :
• atelier aito : ce groupe de six personnes a pour activité l’élaboration des repas pour l’établissement qui leur sert de support pour un apprentissage dans une activité de cuisine.
• atelier ati : ce groupe de 8 personnes est accueilli dans un atelier de transformation de nacres et/ou coquillages. Cette production a pour destination, la boutique d’objets finalisés, ou des commandes extérieures.
• atelier miro : ce groupe de 8 personnes est accueilli dans un atelier de pré apprentissage avec des activités variées de petites productions. (Jardinage, petite métallerie et menuiserie, lavage de voiture, petite agriculture..)

Les activités sportives

Le sport est un moyen permettant des acquisitions différenciées de celles visées dans les deux structures.

Conserver ou améliorer l’activité physique en favorisant la mobilité des personnes afin de préserver un confort de vie. En effet bouger son corps peut combattre les tendances à l’obésité, assouplir les articulations et renforcer la musculation, autant d’éléments qui permettent au corps de vieillir moins douloureusement.

Favoriser l’apprentissage à l’effort. Lorsque les efforts sont fournis par des activités motivantes, il est plus facile de dépenser de l’énergie et de se dépasser.

Développer l’esprit de compétition qui est un moteur dynamisant, et également un esprit d’équipe, dans certains sports, qui facilite les relations.

Créer ou améliorer des relations entre usagers et avec des intervenants extérieurs, que ce soit les animateurs ou à travers des rencontres inter établissements ou des équipes se rencontrent dans un esprit de compétition.

Les quatre activités sportives que l’établissement favorisent sont animées par la fédération de sports adaptés et handisports :

• le tir à l’arc dans le district de Toahotu tous les lundis matin de 8 à 10 heures.
• le va’ a sur le plan d’eau de la Baie de Phaéton le mardi de 8 à 10 heures.
• la natation à la piscine de la marina Taina de Punaauia les mercredis de 10h30 à 11h30.
• l’équitation le jeudi de 8 à 10 heures au ranch du plateau de Taravao.

Certaines activités ont lieu en fonction d’évènements ou de circonstances ponctuelles. C’est le cas de préparation d’accueil pour des invités extérieurs, de sorties en fonction d’évènements festifs comme des foires artisanales, le « Heiva »...

Financement de l’établissement

Le financement de l’établissement « ueue te aroha » est assuré d’une part par le pays sur le budget du régime de solidarité de la Polynésie française par une subvention annuelle versé mensuellement au douzième et d’autre part par l’association gestionnaire Taatiraa Huma Tahiti Iti et des partenaires comme des sociétés ou des communes. En 2009, le pays a versé une participation de 36 501 282 FCP pour un budget de 45 417 174 Fcfp.

Le transport

Comme il est inscrit dans la demande associative, l’établissement met en place un service de transport pour les usagers de l’établissement qui en bénéficient de plusieurs façons : le transport matin et soir vers l’établissement, et dans la journée vers des rendez-vous divers. Par ailleurs, un service de transport est ouvert aux adhérents de l’association, du lundi au vendredi sur les heures d’ouverture de l’établissement.

Les familles

Huma Mero 03Les usagers de « ueue te aroha » sont adultes mais néanmoins la majorité d’entre eux sont dépendant de leur famille, ou famille d’accueil. L’établissement s’inscrit dans un travail de partenariat avec les familles. La prise en charge dans l’établissement ne peut pas être isolée et se doit d’être suivie et soutenue de façon globale, la participation de l’entourage des personnes. En conséquence, la famille ou le représentant légal (tuteur, famille d’accueil) est invité à exprimer ses attentes, questionnement avant l’élaboration du projet individuel. Les familles sont destinataires du projet finalisé. Des rencontres informelles (fêtes...) permettent également des rencontres ou des échanges plus conviviaux nécessaires à l’élaboration d’une relation de confiance.

Coordonnés de l’établissement :
Afaahiti pk 1 côté mer - BP 7858 Taravao 98719. Tél : 54 82 54 ; fax : 57 96 15. Courriel : thti@mail.pf
Pour en savoir davantage : www.handicap-polynesie.com