Motocross de Paihoro
Sur les chapeaux de roues !

Cross 04Motocross et courses de “run” font les beaux jours du centre de sports mécaniques de Paihoro. Plusieurs centaines de spectateurs assistent, enthousiastes, à chaque épreuve d’une activité sportive encore réservée à une élite, compte tenu des moyens financiers nécessaires.

Imperméables au doute. La pluie qui tombe, en continu, sur la presqu’île ce dimanche, trouble à peine la trentaine de pilotes prêts à s’élancer sur la piste du centre de sports mécaniques de Paihoro pour l’épreuve reine du “run”, courue sur 240 mètres dont les 120 premiers “à fond sur l’accélérateur” selon la technique du départ arrêté. Sous le hangar, l’effervescence gagne l’ensemble des concurrents et de leur entourage. Les uns vérifient la pression des pneus, les autres resserrent un boulon ou retendent une courroie. Tous, méticuleusement, lustrent leur engin.

Cross 03Une passion qui coûte cher. Plus d’un million de francs pacifique pour un engin de moyenne gamme. Le public, lui, répond massivement présent : entre 300 et 500 spectateurs à chaque épreuve de “run”, en fonction du nombre de pilotes en lice. Les temps des essais déterminent l’ordre de départ des 24 pilotes qualifiés, répartis en trois catégories, qui s’effectue ensuite deux par deux et par élimination : la catégorie des cylindrées de plus de 500 cm3, celle de 100 à 500 cm3 et la dernière inférieure à 100 cm3. Le plus mauvais chrono affronte le meilleur, l’avant dernier le deuxième et ainsi de suite. Chaque pilote peut modifier son engin, mais pas le trafiquer. La nuance est importante. Les plus rapides parcourent les 120 mètres en moins de 5 secondes.

De son côté, le championnat de Tahiti de motocross concerne les catégories des 50 cm3 aux 450 cm3, dont les plus jeunes ont à peine cinq ans.